JOURNAL EN LIGNE

Commercialisation illégale des boissons à fortes doses d’alcool : la jeunesse corrompue

0
Plusieurs sociétés investissent à l’Est de la RDC certainement pour accompagner les gouvernements provinciaux dans leur dur combat de la création des emplois aux jeunes de cette partie de la République Démocratique du Congo. Malheureusement,la commercialisation des boissons fortement alcoolisées par ces investisseurs pose clairement un problème de santé publique,car, au-delà de cette importante réalité,il y a la grave question de l’avenir productif de la jeunesse. Ailleurs,comme aux États-Unis d’Amérique,la question de la drogue, généralement produite dans des pays d’Asie comme la Birmanie ou d’Amérique latine,avec comme marché cible les États-Unis,a visé,plus d’une fois,l’objectif d’affaiblir la jeunesse américaine, c’est-à-dire,l’avenir même de ce grand pays. Les enquêtes menées au Nord-Kivu et au Sud-Kivu,font état d’un danger réel de voir les jeunes,dont plus de 70 % sont au chômage,sombrer dans l’alcoolisme,et plus tard dans la drogue. C’est pourquoi,une âpre lutte avait engagé les instances politiques du pays, à tenter de freiner l’entrée des boissons alcooliques venant de l’Ouganda, à l’Est de la RDC,pour protéger la jeunesse.
L’opinion se rappellera les rafles de ces produits nocifs dans tous les lieux où ils étaient mis en vente. Les autorités ont procédé même à des arrestations pour les récidivistes. Le désastre à craindre est immense. Il est observé dans la rue des scènes ridicules où l’on voit des jeunes s’adonner à des comportements innommables en pleine journée.interdire l’entrée de ces produits sur le territoire national était une chose,mais voir l’intensification de leur commercialisation constitue une autre paire de manche. Que s’est-il passé entre la bonne conscience des différentes autorités,et le laisser-aller,permettant aux importateurs voire aux investisseurs de produire localement ces redoutables produits ? Au Nord-Kivu et au Sud-Kivu,les enquêtes menées par notre rédaction démontrent à suffisance qu’il y a une légèreté manifeste de la part de l’Office Congolais de Contrôle,OCC,organe habilité à faire limiter les dégâts causés par les forts dosages de boissons importées ou produites en RDC,car contrairement au dosage affiché sur les productions locales ou importées,il y a anguille sous roche. Même si l’OCC laisse croire à l’opinion que toutes les boissons alcoolisées en vente au Nord-Kivu et au Sud-Kivu ne sont pas fortement dosées,il se pose la problématique des analyses des échantillons mis à la disposition de ses laborantins par les importateurs et les producteurs installés au Nord-Kivu et au Sud-Kivu. Selon toute vraisemblance,il y aurait un réel problème qui se poserait lors du prélèvement des échantillons. Pourtant, à plusieurs reprises,les producteurs ont tenu à rassurer les consommateurs de ces produits sur la stricte observance d’un dosage qui n’enfreint pas la législation en vigueur en matière de la production des boissons alcoolisées. Ce qui provoque doute et suspicion. D’où la nécessité pour l’opinion d’être fixée sur les causes exactes des effets nocifs de ces produits sur les nombreux consommateurs.
Raphaël Kiwongi Matondo

Leave A Reply

Your email address will not be published.