JOURNAL EN LIGNE

Tirs croisés sur Azarias Ruberwa Manyiwa,une conséquence de l’ingratitude

0
Quarante huit heures après la décision du président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo d’annuler l’installation de la commune de Minembwe, certains acteurs politiques et de la société civile, ne prennent aucune précaution dans la diabolisation des banyamulenge voire à ce qui ressemble à l’incitation à la haine contre les membres de cette communauté. 
 
Vantés hier pour les sacrifices consentis par leurs enfants pour mettre fin au long règne du dictateur Mobutu Sese Seko, les Banyamulenge sont traités aujourd’hui, drôlement, d’étrangers dans le Sud-Kivu, d’où avait commencé la guerre dite de libération, appuyée par le Rwanda et l’Ouganda, dans la stupéfaction totale d’un nombre impressionnant des hommes et des femmes à la mémoire courte.
 
Pourquoi accentuer les critiques contre les Banyamulenge dans une affaire qui n’en est plus une, après la décision du Chef de l’État, annoncée lors de sa conférence de presse de Goma, d’instituer une commission composée essentiellement des ressortissants d’autres provinces pour vérifier les limites réelles d’une commune rurale créée par le gouvernement Matata Ponyo dans lequel maître Azarias Ruberwa Manyiwa ne faisait pas partie ?
 
Les tirs dirigés sur Azarias Ruberwa Manyiwa est une stratégie aux conséquences incalculables dans une région où les soldats de l’armée gouvernementale peinent encore à neutraliser près de 200 groupes armés,locaux et étrangers, malgré leur puissance de feu. Ne pas tenir compte du mécontentement non exprimé de plusieurs officiers qui n’ont rien gagné après la chute de Mobutu et l’avènement de la démocratie, est une grossière erreur. 
 
C’est pourquoi, il n’est pas indiqué de tirer sur l’un de plus importants acteurs de la réunification et de la stabilité d’un pays où les apprentis sorciers cherchent désespérément à se rendre populaires et intéressants, alors qu’en réalité, ils n’ont pas la maîtrise de la situation dans laquelle est plongée la partie est de la RDC depuis une vingtaine d’années par les mafieux et les officiers affairistes, qui préfèrent la guerre à la paix, pour ne pas perdre leurs énormes avantages. C’est toujours mieux de ne pas l’oublier.
 
Raphaël Kiwongi Matondo

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.