JOURNAL EN LIGNE

RDC : Malgré l’adhésion de Bemba Gombo et Katumbi Chapwe dans l’union sacrée de la nation, Lamuka résiste à l’éclatement programmé

0

Tout avait commencé à Genève, avec pour enjeux,la victoire à l’élection présidentielle de décembre 2018. Ils étaient sept,dont Moïse Katumbi Chapwe, Martin Fayulu Madidi, Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba Gombo, Matungulu, Vital Kamerhe et Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Ils furent rejoints, plus tard, par Mbusa Nyamwisi.
Le deal consistait à former un bloc derrière un seul candidat dit de l’opposition pour battre le candidat du Front Commun pour le Congo, FCC, Emmanuel Ramazani Shadary. Ce fut la naissance de Lamuka. 
Le premier couac intervient lorsque Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et Vital Kamerhe, pressés par leurs bases,durent retirer leurs signatures après l’élection de Martin Fayulu Madidi comme candidat de l’opposition.
Sur le chemin du retour,les deux nouveaux associés, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et Vital Kamerhe, prirent le temps de monter une nouvelle plateforme électorale : Cap pour le Changement, CACH.
Pour rappel, Lamuka était une plateforme électorale sans plus, chacun étant tenu de rejoindre son parti ou son regroupement politique d’origine. 
Mais, avec la proclamation de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo comme vainqueur du scrutin présidentiel,deux attitudes furent observées de la part des ténors de Lamuka. 
D’une part, certains semblaient accepter la donne sous prétexte que l’alternance avait bel et bien eu lieu, et d’autre part, le camp des irréductibles, Martin Fayulu Madidi en tête, réfutait les résultats jugés frauduleux, pour engager une campagne dite de vérité des urnes.
En ce moment-là,le ver était déjà dans le fruit. En effet, comment concilier les deux points de vue ? Pour équilibrer la tension politique devenue insupportable, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo se mit à appliquer point par point les accords de la Saint Sylvestre. Certains des bénéficiaires de ces accords ne pouvaient qu’être reconnaissants à Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.
Le plus étonnant dans cette affaire reste une sorte de pudeur ou d’hypocrisie qui consiste à ne jamais appeler un chat,un chat 
En effet, le Mzee du Grand Katanga,grand prêtre de G7 et adepte fidèle de Moïse Katumbi Chapwe, en l’occurrence Gabriel Kyungu, criait à qui pouvait l’entendre sa fidélité au chairman et son soutien inébranlable au nouveau président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.
Entre temps, Moïse Katumbi Chapwe rentre à Lubumbashi et parvient à effectuer très difficilement une grande tournée à l’Est, mais sous le label « Ensemble », avant de le transformer en parti politique.
Comme si cela ne suffisait pas, Mbusa Nyamwisi, sous prétexte d’Ebola et de l’insécurité chronique à Beni et Butembo, préfère rester à Kinshasa avant de décider de s’y rendre pour quelques jours pour annoncer son indéfectible soutien au Cap pour le Changement.
Quant à l’ambassadeur Matungulu, il avait quitté le navire Lamuka sans se faire prier. Ce qui lui avait valu sa désignation par le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo au poste d’administrateur au sein de la Banque Africaine de Développement,BAD. 
De son côté, Jean-Pierre Bemba Gombo annonce, avec une rare tonitruance,son retour au pays de ses ancêtres mais en tant que président du Mouvement de Libération du Congo, MLC. Plus tard, il va  effectuer une tournée dans le Grand Équateur et à Kisangani. 
Dans ce contexte, Martin  Fayulu Madidi et Adolphe Muzito se sont vite rappelé leur important électorat de Kinshasa, du Grand Bandundu et d’ailleurs, qu’ils ont tenu à rassurer, en entamant une tournée à travers quelques provinces et en redynamisant les activités de leurs partis d’une manière surprenante. 
Malgré leur volonté de ne pas faire éclater Lamuka, une plateforme qui ambitionnait de devenir politique,et non seulement électorale,sans qu’aucun de ses membres n’ait eu à déclarer son départ, Jean-Pierre Bemba Gombo et Moïse Katumbi Chapwe ont répondu favorablement à l’appel du président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo en adhérant à l’Union sacrée de la nation.
Déjà, Jean-Pierre Bemba Gombo et Moïse Katumbi Chapwe ont leurs représentants dans le bureau de l’Assemblée nationale sûrement pour ne pas donner l’impression de ne pas soutenir la vision du président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. 
Est-ce pour autant que Jean-Pierre Bemba Gombo et Moïse Katumbi Chapwe ont tourné définitivement le dos à Martin Fayulu Madidi et à Muzito Adolphe en leur abandonnant Lamuka ? C’est clair que les mois à venir seront déterminants pour connaître le sort que les quatre « camarades » vont réserver à Lamuka. Tout dépendra des effets  attendus de l’adhésion de Jean-Pierre Bemba Gombo et Moïse Katumbi Chapwe dans l’Union sacrée de la nation.  
Raphaël Kiwongi Matondo/Pascal Hamici

Leave A Reply

Your email address will not be published.