JOURNAL EN LIGNE

Quand la destitution de Zoé Kabila révolte les jeunes de Kalemie

0

Aucune destitution d’un gouverneur de province n’a fait débat autant que celui de Zoé Kabila.Il lui est reproché l’incompétence et la mauvaise gestion, par les mêmes députés provinciaux qui l’ont élu. Certaines personnes affirment qu’il est devenu gouverneur en recourant à la corruption,d’autres disent la même chose à sa destitution. À Kalemie,les nombreux jeunes désœuvrés, sans perspectives d’un meilleur lendemain, refusent de voir partir leur unique espoir.

Selon certains analystes,il lui est fait le reproche d’avoir refusé d’adhérer à l’Union sacrée de la nation. Faire partie de la famille biologique et politique de l’ancien président de la République, Joseph Kabila Kabange, a été un prétexte bien trouvé par ses adversaires politiques. Comme si cela ne suffisait pas, quelques chefs coutumièrs du Tanganyika accusent sa sœur aînée de chercher à fomenter les troubles. Décidément,les Kabila dérangent les hommes et les femmes à l’esprit obtus.

Chouchouté par ses administrés pour la restauration de la sécurité sur toute l’étendue de la province de Tanganyika et pour un début satisfaisant de la modernisation de la ville de Kalemie, sans compter d’autres réalisations dans l’optique d’attirer les investisseurs, Zoé Kabila reste et restera un visionnaire qui a su gagné la confiance des jeunes sans verser dans la démagogie. Ses rares adresses ont suffi pour mettre en exergue son droit à la différence.

Gouverneur d’une province de la République démocratique du Congo frontalière à trois pays, notamment la Zambie,la Tanzanie et le Burundi, Zoé Kabila doit avoir vite compris la nécessité de faire redynamiser les activités du port de Kalemie,jadis Albertville,ainsi que celles de la Société Nationale des Chemins de Fer du Congo,SNCC,trait d’union entre l’océan indien par la Tanzanie et le chemin de fer long de 5033 km datant de 1915,qui va jusqu’à l’océan Atlantique à Banana. En un laps de temps, Zoé Kabila a redonné le sourire perdu à ses frères et soeurs.

Il fallait y penser. Disposant d’importantes ressources minières dont l’étain, le coltan,l’or et le lithium, à Manono, le territoire d’origine du défunt président de la République Laurent-Désiré Kabila et père du gouverneur Zoé Kabila,la province de Tanganyika commençait à se transformer en un pool de développement. Du rêve à la réalité,le Tanganyika devenait du jour au jour un coin où il fait bon vivre. Hélas,les ennemis de la paix et du bonheur mérité de la population,en ont décidé autrement.

« Dans la gestion de l’intérêt supérieur de la nation,il n’y a pas d’union sacrée ni de Fcc,mais seule la nation congolaise reste l’identité de tous les congolais »,a laissé entendre le gouverneur destitué, Zoé Kabila. C’est un message qu’il a tenu à adresser sûrement aux soi-disant intellectuels du Tanganyika,qui ont eu le toupet de le qualifier d’innapte à la fonction de chef de l’exécutif provincial. C’est normal. Personne n’ignore au Tanganyika, qu’ils ont trempé dans la mafia. Zoé Kabila s’est battu seul contre le trafic illicite du bois rouge,du ciment,du carburant,de l’alcool frelaté et les filets à maille prohibés.

Malgré les critiques de ses pourfendeurs,son impressionnant bilan doit avoir incité les démagogues à le faire déchoir pour ne pas se faire ridiculiser par cet homme qui passe pour un talentueux bâtisseur. En attendant la confirmation de l’indépendance des juges de la cour constitutionnelle, un calme apparent a été observé à Kalemie jusqu’à l’organisation d’une marche de soutien à Zoé Kabila, le dimanche 10 mai,par la société civile et quelques associations des jeunes. La crainte de ne plus bénéficier de ses services ne doit que révolter les jeunes de Kalemie.

Jun Sak.

Leave A Reply

Your email address will not be published.