JOURNAL EN LIGNE

RDC : inévitable chambardement de l’état-major général de l’armée après la découverte des magouilles par Tshisekedi Tshilombo

0

Jeudi 17 juin, coup de tonnerre à Beni,lorsque le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo parle,pour la première fois, des magouilles dans l’armée, après sa tardive découverte sur les causes de l’affaiblissement des fardc, avec les effectifs fictifs déployés aux différents fronts par la haute hiérarchie de l’armée.

« Il n’y a pas 21000 soldats déployés à Beni »,a laissé entendre le président de la République et commandant suprême des fardc et de la police nationale congolaise, aux délégations de la société civile,des opérateurs économiques et des élèves, avec lesquelles il s’est entretenu longuement avant de se rendre à Butembo et de poursuivre sa mission à Bunia dans la province de l’Ituri.

Selon le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo,il y aurait 11000 hommes déployés dans la région de Beni. Ce qui reste à vérifier, car il y aurait sûrement moins de 10000 militaires sur l’ensemble du Nord-Kivu. Voilà pourquoi les fameux Adf/Nalu et d’autres groupes armés,locaux et étrangers, parviennent facilement à réoccuper, sans combat, les positions qui ont été abandonnées par les fardc après leur reconquête, fortement médiatisée.

Même la mauvaise gestion de l’armement et la dilapidation de munitions, ainsi que le manque d’entretien des véhicules,sans oublier la vente du carburant, voire d’autres matériels de guerre, auraient attiré l’attention du président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Il semblerait que la situation serait catastrophique en Ituri, où les faibles effectifs des fardc peinent à neutraliser les forces négatives.

À moins de continuer à vouloir une chose et son contraire à la fois,le successeur de Joseph Kabila Kabange a désormais les preuves de la compromission de la haute hiérarchie militaire, qui doivent l’amener à retirer sa confiance aux généraux affairistes. Il n’est pas exagéré de s’attendre, dans les prochains jours, au chambardement de l’état-major général de l’armée, qui pourra déboucher sur un audit et la mise en examen de l’actuel chef d’état-major général.

Raphaël Kiwongi Matondo

Leave A Reply

Your email address will not be published.